EXPOSITION GEORGES BLANC

 Le souvenir d'une force de la nature
 

 
Simone : « Mon père avait des mains impressionnantes ». photo fabien rabatel

 

 
Simone Sieulanne, née Blanc, désigne une photo de son père en train de réparer son filet de chalut : « Je le voyais beaucoup travailler ». Elle est particulièrement touchée par le travail de Jean Lartigue. La fille de Georges Blanc ne s'attendait pas à ce que l'association Côte Sud Mémoire vive (que préside Jean) organise une exposition en hommage à son père, à la médiathèque (jusqu'au 30 avril). « Je suis agréablement surprise, surtout que j'avais beaucoup de vieux clichés de petit format que Jean a agrandis, le résultat est merveilleux. »


Huit panneaux mettent en lumière des éléments essentiels de la vie du Capbretonnais Georges Blanc : la pêche et les bateaux, le rugby, l'aviron. « Je me souviens de sa force, mon père était costaud. Pour l'époque, il était grand, il faisait 1,80 m et il avait des mains impressionnantes, vous pouvez le constater sur les photos. » Les souvenirs que gardent Simone de son père, ce sont cette vigueur, une force de la nature, un physique qui en imposait, au point de séparer ses matelots qui se bagarraient. Tout le monde le respectait.

 

Georges Blanc était issu d'une famille de pêcheurs du bassin d'Arcachon, son grand-père partait en mer, son père aussi et lui, né le 11 février 1908, avait pris la relève (famille de sept enfants). « Mon père est arrivé à Capbreton à l'âge de 2 ans. Il adorait vivre ici, je crois que tous ceux qui l'ont connu se souviennent de sa gentillesse. Il ne se disputait jamais avec ma mère. » Georges Blanc s'était marié à 32 ans avec une Luzienne. Simone est née en 1942. Un panneau de l'exposition affiche d'ailleurs une série intéressante de portraits, on le voit notamment maître baigneur en 1935, à Capbreton. Un autre panneau est consacré à son activité de pêcheur et aux bateaux qu'il a fait construire au fil du temps.
1er essai contre les Anglais 
Au-delà de son métier, l'homme était un sportif accompli. Champion de France d'aviron à Toulon en 1929, le rugby aura profondément marqué sa vie. Il a joué à Capbreton et à Tyrosse, d'abord en rugby à XV, puis au sein de la première équipe de rugby à XIII. « Il parlait peu mais il m'avait dit un jour qu'il avait marqué le premier essai contre les Anglais, là-bas, il en était très fier. » C'était le 10 mars 1934.

Lorsque Simone a 18 ans, toute la famille part s'installer à Saint-Jean-de-Luz, Georges continuera son activité de pêcheur. « Capbreton a énormément manqué à mon père. Il était très attaché à ses matelots. Il sera aussi bien adopté par les marins de Saint-Jean-de-Luz. »

L'exposition a démarré lundi 18 et dure jusqu'au 30 avril (vernissage samedi prochain), à la médiathèque L'Écume des jours.

 

 

15:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note

 

20/04/2011

 

Famille Blanc : Villa " Clair de Lune", rue des Pyrénées à Capbreton

 

 

 

...     ...     ...

 

 

Tous droits reservés cotesud-histoire 2017 - Site propulsé par IzyWeb - Mentions Légales
  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster