VISITE DE NAPOLÉON III À CAPBRETON

 

La foule et le soleil étaient au rendez-vous en ce dimanche 7 septembre 2008, à l'occasion du retour à Capbreton de l'Empereur Napoléon III accompagné de l'Impératrice Eugénie. Le député-maire Jean-Pierre Dufau, en redingote et haut de forme accueillait leurs majestés venues en voisines de Biarritz où elles faisaient une cure de thalassothérapie.

C'est par bateau que, sur le coup de 15h15, l'Empereur et son épouse  arrivaient dans l'unique port des Landes et posaient pied sur la terre ferme sous les acclamations de la foule. Le but de cette visite étant pour Napoléon III de vérifier l'état d'avancement des travaux du port dont il avait décidé la mise en ?uvre avec les élus de l'époque, et plus particulièrement de l'Estacade.

Auparavant Anne-Marie Bellenguez, de l'association Côte-Sud Mémoire Vive avait brièvement rappelé les temps forts de l'aménagement du port et de la mise en chantier de l'Estacade, site le plus connu de la cité balnéaire dont on célébrait ce jour les 150 ans.

C'est précisément à l'occasion du 150ème anniversaire de cette dernière, que leurs majestés, profitant d'une mer clémente, décidaient d'honorer de leur présence, les festivités marquant l'évènement, et embarquaient sur leur yacht impérial pour rallier Capbreton.

                     ARRIVÉE de NAPOLÉON III et EUGÉNIE au PORT de CAPBRETON.

L'accueil chaleureux qui leur a été réservé par le public à leur descente du bateau, en présence de Monsieur de Fontenay accompagné de ses « miss » ainsi que par le groupe d'échassiers capbretonnais de Dominique Laborde, témoigne de l'importance d'une telle manifestation en ce premier dimanche de septembre 2008.

L'estrade dressée à quelques pas permettait au premier magistrat Jean Pierre Dufau de souhaiter la bienvenue à leurs majestés et de leur remettre la médaille de la Ville de Capbreton sous les cris  de « Vive l'Empereur, Vive l'Impératrice » d'un public de plus en plus nombreux et complice.

Remise des médailles de la Ville devant la caméra de « tvpi ».

Une calèche prenait en charge Napoléon III et Eugénie afin de rejoindre l'Estacade ? but de la visite-, où une partie de la foule les attendait, alors qu'un imposant cortège suivait l'attelage impérial.

Le 11 octobre 1905, l'Estacade vécut pareille fête, avec la venue - du vrai cette fois ? Ministre de la Marine Mr Thomson. Tout ce que Capbreton comptait de notables avait foulé les planches dans le sillage du Ministre pour une inspection des lieux en vue de futurs travaux.

 

 

Aujourd'hui, l'Estacade est là, contre vents et marées, et c'est elle la Reine d'un jour. Si quelques rides ont altéré la vielle dame, du haut de ses 150 ans, elle nargue toujours l'océan avec majesté. Leurs Majestés ne s'étaient pas trompées en venant honorer leur fille conçue en septembre 1858.

 

Après avoir dévoilé la plaque commémorative marquant le 150ème  anniversaire de la décision de construire l'Estacade, Napoléon III , Eugénie et le député-maire ont fait quelques pas sur cet édifice, fierté de notre cité, puis ont traditionnellement coupé le ruban pour une inauguration tardive mais bien venue pour le nombreux public.

 

Par la suite, une partie de la foule assistait en compagnie de leurs Majestés à une projection sur le transfert de sable selon le procédé « by pass » ( unique en Europe ). Ensuite étaient proclamés les résultats du concours de photos de l'Estacade, avant le non moins traditionnel « pot républicain », propre à Capbreton et devenu pour l'occasion le « pot impérial ». Il avait fait très chaud ce jour là et on manqua de marchandise.

L'Empereur ? Monsieur Duplaceau- et l'Impératrice ? Annie Destribats- pouvaient alors rejoindre Biarritz et l'Hôtel du Palais pour un repos bien mérité. On peut toujours rêver !

Nous devons la réussite de cette journée au soleil omniprésent, mais surtout à :

Jean Luc Giraudeau et son équipe du Comité des Fêtes, car malgré tous les « trabucs », il n'a jamais renoncé à faire que cette journée soit.

Le service communication de la Mairie.

Les services municipaux.

La Police municipale.

Le Sivom et le passeur.

Nous devons associer Jeannot Betbeder (alias Monsieur de Fontenay) et ses « miss »

Jacques Geay et le cercle philatélique avec La Poste, pour une carte timbrée commémorative (les absents ont eu tort !)

Le Cercle des Arts pour son exposition  " d'Estacades".

Dominique Laborde et son groupe folklorique.

Les acteurs : Jean-Pierre Dufau, dans le rôle qu'il connaît le mieux : le sien

André Duplaceau, un Empereur  bien conservé !

Annie Destribats, l'Impératrice d'un jour dont elle se souviendra toute sa vie.

Les deux demoiselles d'honneur : Haïdi Daragnès er Caroline Michelena

Le cocher, le cheval et la calèche

Anne-Marie Bellenguez de Côte-Sud  Mémoire Vive, pour le rappel historique et votre serviteur,

pour qu'on se souvienne, et pour pallier la déficience de la presse locale dans la relation de cet évènement.

                                                                       Jean Lartigue

                                                                       Président Côte-Sud. Mémoire Vive

Photos : Jean Lartigue.

Tous droits reservés cotesud-histoire 2017 - Site propulsé par IzyWeb - Mentions Légales
  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster