Le « CAPBRETON »

 

C'eut été dommage que CAPBRETON, unique port des Landes, au passé maritime des plus glorieux n'ait pas dans la longue liste de navires de toutes sortes trouvé une carcasse susceptible d'arborer son joli nom. On ne peut prétendre avoir découvert une certaine «Amérique» sans qu'il en reste quelque chose. Et ce quelque chose viendra sous la forme d'une demande émanant de la Compagnie des Chargeurs Français.

En effet, Monsieur DELEST, en sa qualité de Maire de Capbreton, communique à son Conseil municipal lors de la séance du 7 septembre 1912 une lettre dans laquelle ladite Compagnie l'informe de son intention de donner le nom de CAPBRETON à une nouvelle unité de sa flotte marchande.
Je suppose que la consultation des Conseillers honorés d'un tel choix, a du se dérouler sans histoires, que la décision a été prise à l'unanimité, et que la réponse positive adressée par Monsieur le Maire a satisfait toutes les parties, car elle fut immédiatement prise en considération, comme nous allons le voir .

A quoi ressemble ce « CAPBRETON» ? C'est un vapeur construit en 1912 à Middlesborough en Angleterre. Ses caractéristiques sont les suivantes : il jauge 913 tonneaux et 98/100, avec une machine de 900 chevaux pour le propulser.
Son acte de francisation au Havre date du 12 octobre 1912 -donc peu de temps après la décision du ConseiI municipal- sous le no 4962, avant d'être immatriculé au Quartier de Bayonne le 25 mars 1913.
Il appartient à la Compagnie des Chargeurs Français, et plus précisément à Messieurs PLISSON et Co, domiciliés 43 Rue le Pelletier à Paris.

Au niveau des caractéristiques d'exploitation :
Jauge brute totale: 1579,73 tx
Jauge brute: 1463,96 tx
Jauge nette: 886,03 tx
Portée en lourd: 2.400 tx

Le « CAPBRETON» est donc affecté à Bayonne où il est armé au cabotage- immatriculé 1658- et aura pour Capitaine au cabotage duran1 son éphémère existence le sieur LAURENT Adolphe né le 11 mai 1873 à l'Ile d'Yeu en Vendée. Des Capbretonnais , -c'est un peu logique-, auront l'occasion de l'accompagner dans ses déplacements , pour leur bonheur mais aussi pour le pire.
Ainsi PINSOLLE Charles-Henri né le 29 mai 1895 à Seignosse, le père des illustres Tiennot et Popaul, tout comme LESCAR André nè le 8 octobre 1902 à Capbreton ¬matricule 13192 -débarqué le 8 juillet 1918, huit jours seulement avant le drame.
Nous sommes en 1918 en plein conflit, le « CAPBRETON » ainsi que bon nombre de bâtiments de son espèce ont été mis au service de la nation afin de ravitailler la marine de guerre notamment en charbon, tache qu'il accomplira jusqu'à ce jour fatidique du 14 juillet 1918 quand le convoi auquel il appartient croise la route d'un sous-marin allemand. II fait nuit -23h45 -, à hauteur de l'estuaire de la Gironde au 45° 23' 15" et I° 26 de longitude. Aucune visibilité, la surprise est totale, pas moyen d'envisager la moindre tentative de fuite l'ennemi étant invisible donc partout et le « CAPBRETON » une proie facile pour le prédateur des mers. La torpille qui frappe son flanc innocent a tôt fait de l'envoyer par le fond avec son équipage.

 Malheureusement, parmi ce dernier, deux Capbretonnais dont un jeune de 17 ans, LACAZE Gaston -matricule 13179, né le 11 juin 1901 à Capbreton. L'autre, JOLIBERT Etienne- matricule 3338 -, né le 5 novembre 1872 à Capbreton, lui aussi disparu en mer lors du naufrage et dont la sera intégralement versée à la Caisse de Prévoyance des gens de mer. Ces deux marins figurent dans la liste des victimes de la Guerre 14-18 au monument aux morts. Par contre le registre des délibérations du Conseil municipal ne fait à aucun moment mention, ni de leur disparition ni de celle du «CAPBRETON». Il faut dire que la date du 14 juillet est déjà prise.

Que ce modeste rappel satisfasse autant que faire se peut devoir de mémoire qui nous incombe.

 

Le jeune Charles PINSOLLE -au fond, le béret sur l'oreille droite, chemise blanche

-avec l'équipage du « CAPBRETON».

Jean LARTIGUE

 

Tous droits reservés cotesud-histoire 2017 - Site propulsé par IzyWeb - Mentions Légales
  • Haut de page
  • Ajouter aux favoris
  • Gestion du site
  • Imprimer la page
  • Ecrire au webmaster